Environnement
- Publié le 8 juillet 2021

Le programme paysager et architectural de Forêt d'Asie

Crédit photo : Muriel Chaulet - Ville de Lyon - Forêts d'Asie : l'espace extérieur et les 2 volières

Après l’installation en 2006 de la Plaine Africaine, composé d’une vaste savane ouverte, le projet Forêts d’Asie crée un espace boisé qui vient s’insérer dans le parcours des visiteurs du zoo de Lyon.

Contenu

L’aménagement paysager présente une palette végétale riche, à l’image des forêts que l’on trouve en Asie. Les plantations sont les plus denses possibles : toutes les strates sont représentées des vivaces jusqu'aux arbres. L'ambiance intérieure recherchée est celle d'un bâtiment envahi par une végétation luxuriante et spontanée.


Deux espaces extérieurs ont également été créés.

  • L'enclos des gibbons et des élaphodes représentent un espace de 300m2 au sol, et surtout une très grande hauteur afin de permettre aux gibbons d’évoluer dans des volumes supplémentaires par rapport à leur enclos précédant.
  • Dans la grande volière de 1770 m2, adossé au bâtiment de la nef, sont accueillis les tapirs, les binturongs, et des oiseaux. L'écrin végétal autour du bâtiment et le paysage de la grande volière créent une atmosphère propre à ces milieux, en utilisant des végétaux appartenant à la même famille que les végétaux emblématiques de cette région du monde, mais plus adaptés aux caractéristiques du climat lyonnais.

L'ancien bâtiment de l'éléphanterie, qui présentait des qualités architecturales et structurelles intéressantes, a été conservé et adapté. Il devient la "nef tropicale" et accueille à la fois une partie du parcours de visite immersif et les loges intérieures des animaux.
 

La réhabilitation du bâtiment et la transformation des enclos concilient plusieurs enjeux

  • Améliorer le bien-être animal : des loges plus spacieuses et bien équipées afin de répondre aux enjeux du bien-être animal, dont un bassin intérieur pour les tapirs ; les loges de soins ; les locaux techniques (nourrissage, élevage, traitement de l’air et de l’eau…).
  • Réussir une insertion architecturale et paysagère dans le zoo et l’esprit du parc de la Tête d’or conçu par les frères Bühler, tout en intégrant les contraintes liées au bâtiment d'origine.
  • Respecter l’environnement : les principes de conception et gestion durable des espaces plantés, les objectifs d'efficacité énergétique du bâtiment rénové, la charte du parc de la Tête d’or, le cahier de « prescriptions architecturales » et les engagements pris par la Direction des espaces Verts certifiée Iso 14 001.
  • Adapter les espaces aux contraintes techniques et aux spécificités du programme technique et animalier : température, hygrométrie, ventilation, éclairage spécifiques, gestion des flux visiteurs, accès aux personnes à mobilité réduite, sécurité des animaux, du public et du personnel, facilité d’entretien des enclos et du bâtiment, ergonomie des procédures de nourrissage et soins aux animaux.

 

Colonne de droite 1

 

 

 

la scénographie et le parcours visiteur

L’objectif est d’inviter le visiteur à vivre une expérience unique tout en le sensibilisant à la nécessité de protéger ces espèces et leurs milieux naturels.
 
L’organisation des espaces, les différents points de vue ou encore les décors végétaux seront autant d’occasions pour le public de s’imprégner des ambiances propres aux milieux forestiers d’Asie. L’eau occupe une place importante dans le projet, aussi bien à l’intérieur du bâtiment qu’à l’extérieur. C’est en effet un élément indispensable à la vie de certains des animaux, notamment le Tapir.
 
L’ambiance climatique dans le bâtiment est conditionnée par les besoins des espèces animales et végétales.
 
Les cheminements respectifs des visiteurs et du personnel ainsi que les accès sont étudiés de façon à ce que les circuits de visite ne perturbent pas les animaux et leur permettent des espaces de retrait pour ne pas être visibles du public.
 
 
Colonne de droite 2

Le projet et les travaux en chiffres

►  Travaux et arrivée des animaux : septembre 2019 à juin 2021
►  Surface du site : 4 000 m2 dont 3000 m2 d’espaces extérieurs et 700 m2 de bâtiment transformé et réhabilité
►  Coût de l’opération : 4,8 M€

Bloc recherche - Actualités